Souvenir d'un concert: 13 mai, 20h15 concert à Crêt-Bérard, avec le groupe féminin géorgien Tutarchela

 

 

 

 

Tutarchela, information: des bouts d'immeubles délabrés, entourés d'espaces verts brûlés par le soleil. Dans un appartement, des jeunes femmes se retrouvent régulièrement pour chanter. Elles s'amusent, se racontent les derniers ragots, jusqu'a ce que l'une d'entre elles entonne une mélodie rythmée et entraînante. Immédiatement, les autres se joignent à elle. En ces temps plutôt durs, "la musique est une échappatoire", affirme l'une d'elles. C'est comme un "souffle de vie", ajoute la cheffe du choeur. C'est une musique si singulière qu'elle est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. La polyphonie géorgienne, bien antérieure à son homologue européenne, est un art populaire. Dans quel autre pays pourrait-on entonner spontanément, en pleine rue, des chansons aux sonorités si complexes ? La musique, c'est l'élixir de vie des Georgiens, qui sont fréquemment formés à un instrument et à la danse, qui restent des modes d'expression essentiels de l'identité georgienne.

 

 

RETOUR